Rapt

Note de la directrice de rédaction

Rapt est un film dramatique français de Lucas Belvaux, en 2009.  Il s’agit d’une libre adaptation inspirée de l’enlèvement du baron Empain. Grand capitaine d’industrie, Stanislas Graff, est enlevé contre rançon. Il est séquestré pendant deux mois, mutilé, humilié. Pendant ce temps, les médias enquête sur sa vie privée, et révèlent des aspects de sa vie privée inconnus de ses proches : grosses pertes aux jeux, parties de chasse, nombreuses maîtresses. La presse à scandale en fait la une avec des détails croustillants, provoquant le déchirement de sa famille et sa perte de crédibilité au sein de l’empire familial.

 

Rapt et le problème des médias

Sonia Christensen

Le film français Rapt (2009) commence avec le portrait d’un riche industriel, Stanislas Graff (Yvan Attal), un homme qui a une énorme quantité d’argent et de pouvoir, mais qui a aussi une vie secrète (incluant une maitresse et des nuits de poker). Quand Graff est enlevé et gardé en otage, il s’attend à obtenir l’aide de la compagnie dont il est le président ou bien de sa famille. Cependant, la famille n’a pas les moyens de le libérer, et, pendant la captivité de Graff, les médias commencent à exposer sa vie scandaleuse, ce qui fragilise sa réputation et fait hésiter l’entreprise à payer la rançon.

Dans ce film, le réalisateur Lucas Belvaux dépeint les médias comme sanguinaires et focalisé uniquement sur les détails sordides de la vie de Graff, plutôt qu’avec sa libération. Belvaux illustre comment les tabloïdes détruisent Graff, plus que sa captivité aurait pu le faire.

D’abord, les secrets choquants qu’on expose prolongent l’emprisonnement de Stanislas de deux manières. Les articles, qui exagèrent la quantité d’argent que Graff a perdu dans les jeux au poker, convainquent ses geôliers qu’il possède plus qu’en réalité, donc, ils maintiennent une rançon excessive. En plus, à cause des histoires sordides que les tabloïdes racontent tout le monde abandonne Graff. De plus, la ruine de son image publique force Stanislas à abandonner son poste de président même après sa libération. Malheureusement, sa position n’est pas la seule chose qu’il a perdue.

En plus, sa famille le rejette à cause des médias, l’humiliation qui provient de l’exposition de sa vie amoureuse  provoque un divorce. Si cela n’était pas assez, ses filles, avec lesquelles il  avait auparavant une relation très tendre, sont dégoutées par son comportement.

En conclusion, Stanislas Graff n’est pas un personnage qu’on peut aimer ; il trompe sa femme, il se comporte comme un enfant gâté. Cependant, malgré ses défauts, on ressent de la compassion pour lui. Le mauvais traitement de Graff, vu sa situation désespéré, rend les médias complètement amoraux, et les expose comme un problème de la culture moderne.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Create a website or blog at WordPress.com