Le Mozart des pickpockets

Du geste à l’attitude

Danielle Foss

Le court-métrage prend pour sujet le larcin et l’apprentissage d’un jeune mendiant sourd-muet dans l’art de voler. Deux hommes, Philippe et Richard, adoptent l’enfant et lui enseignent les principes des voleurs. La première leçon est de changer son approche et de ne plus mendier (tendre la main), mais de prendre ce qu’on veut avec une main experte. Essentiellement, c’est la différence entre la dépendance et l’indépendance. Avec ce changement de geste, les deux hommes enseignent à l’enfant comment devenir le participant actif de sa vie. La leçon révèle en lui un talent naturel pour voler, et son succès à la fin nous offre son premier sourire du film.

Le titre à écouter

Lyrana Hughes

Ce court métrage réalisé par Philippe Pollet-Villard, possède un titre curieux qui mérite un examen. Le titre fait référence à un petit garçon de la rue. Un sourd-muet, il est doué exceptionnellement pour le pickpocketing. La juxtaposition du nom Mozart—attribué par affection—à côté du crime de pickpocketing est intéressante : est-ce qu’un tel crime peut être aussi de l’art ? Allez regarder « Les Mozart des pickpockets, » cet enfant est sûr de vous surprendre et vous plaire !


Au rythme de la musique

Lindsay Lou Groninger

La musique du film, l’unifie le film comme une comédie. Le ton humoristique deviendrait monotone si il n’y avait que les dialogues. Une scène en particulier, est très représentative. Quand Philippe décrit une stratégie pour voler un touriste à trois, la musique commence et s’arrête avec l’histoire imaginaire, lorsque la réalité est moins idéale. Elle complète la progression du vol en le transformant en caricature.


Scènes coupantes

Joseph Chehouri

Ce film nous captive avec une intrigue directe et rapide. En ne la situant pas dans un grand contexte, le réalisateur nous force à nous adapter, un peu comme les personnages principaux, des criminels mineurs – Philipe et Richard. Leurs vies changent au jour le jour et parfois même d’heure en heure. De plus, les scènes courtes ajoutent à ce sentiment d’instabilité et au découragement qui se construit le long du film. Tout de cela culmine dans la scène finale, qui présente une opportunité d’avoir enfin la stabilité. Mais comme une vie normale, ça leur échappe aussi.


Éveiller le Mozart qui est en nous

Faulkner Griffin

Au début de l’histoire, on attend la fin du silence de Mozart. Pourquoi ne parle-t-il pas ? Quand va-t-il montrer sa personnalité ? Son attitude semble amorphe même quand Richard renonce à sa Rolex pour le garder dans la chambre. C’est alors qu’on se rend compte que Mozart est réellement sourd-muet. Dans cette scène, les trois dînent ensemble autour de quelques pâtes et deviennent une famille. Au long du film, Mozart devient plus heureux et s’épanouit à chaque vol. Et à la fin, avec un vol digne d’un vrai artiste, on voit le meilleur sourire du monde, celui du Mozart des pickpockets.


Un peu de bleu dans la grisaille

Jordan Crabtree

Dans ce court-métrage, on est dans un monde des métaphores subtiles qui dans un sens profond représentent les personnages et leurs rôles dans l’histoire. Tel que le petit que les hommes hébergent dans leur chambre. Quand ils sont tous à la table pour dîner on voit que le garçon porte un pull bleu alors le reste dans la scène est très terne (décor, vêtements, peau, lumière). Cette couleur symbolise une sorte d’eau pure qui va les laver et rendre leur vie meilleure. Par la suite fait, c’est cela qu’il fait, il est comme un billet gagnant de loterie, un ciel bleu, un peu d’espoir.


Court : au film comme dans la vie

Laura Bladow

Le court métrage est comme la vie… courte. C’est une métaphore qui nous force faire attention aux détails. La clé de l’impact du film est dans sa brièveté parce que chaque scène à des dialogues très riches, des mouvements fournis, un cadre et des décors offrent des indices abondants etc. Il souligne que l’on doit faire bien attention aux détails pour bien comprendre l’histoire mais aussi qu’on doit être conscient de c eux dans notre vie pour la vivre complètement.

 

Écrire le futur, le pouvoir du stylo ! (Nov 2011)

Kristine Guterriez

Philippe Pollet-Villard, le réalisateur du court métrage « Le Mozart des pickpockets » est aussi scénariste. Son œil pour les détails et son style visionnaire évident y joue un rôle important. Un exemple fort de son talent est le pouvoir du stylo. C’est un point central des scènes dans la chambre. L’humeur sombre y domine, mais le stylo possède plus de couleurs (Un stylo à 4 couleurs !). Le petit Mozart l’utilise et dessine une « meson » avec des couleurs vives, un joli dessin qui est une image très loin de son environnement.  L’idée d’une maison pour l’enfant fait allusion au futur avec ses nouveaux parents, celui-ci est coloré mais ce n’est pas si simple…

 

Un peu de musique, SVP ! (Nov 2011)

Katie Muller

Dans le film “Le Mozart des pickpockets”, la musique ne joue qu’un rôle mineur et c’est la monotonie des petits évènements quotidiens qui prédomine. Pendant la plus grande partie du film, on n’entend rien d’autre que les dialogues. Quelquefois, pourtant, quelques notes d’une musique mièvre viennent parsemer maladroitement le récit. C’est insuffisant pour un court-métrage qui devrait happer l’attention des spectateurs dès les premières images. Le titre du film laissait espérer que l’histoire serait mise en valeur par une musique brillante, mozartienne. Espoir déçu.

 

Le génie de l’imbécile heureux

Hali Alexandra Wolf

Le personnage qui donne au film «Le Mozart des Pickpockets» une présence d’humour et de folie est Richard (joué par Richard Morgiève). Grâce à ses grandes oreilles, son apparence dégingandé et ses comportements féminins. Il donne à son rôle d’acolyte de Philippe plein d’originalité et de dynamisme. Morgiève n’est pas seulement capable de représenter un idiot très sympathique à l’écran mais arrive aussi à nous attendrir avec la touche maternelle qu’il adopte avec le jeune « Mozart ». À la fois très sage, humble, créatif et totalement maladroit, il exploite le génie de l’acteur dans toute sa splendeur. Cette dualité conjointement avec sa performance remarquable rendent le film captivant.

 

Petit parent deviendra grand

Lucas Polglaze

« Le Mozart des pickpockets » met l’accent sur les relations entre les adultes et les enfants. On y voit les deux personnages principaux, des hommes qui doivent voler pour survivre qui ne savent pas épeler le mot « maison ». Ce ne sont pas vraiment des parents modèles. Mais quand un jeune garçon sourd-muet entre dans leur vie, ils le considèrent comme leur fils. Les relations basculent et l’enfant soutient ses « parents » en leur fournissant de l’argent et encore plus… la liberté. Ainsi, l’enfant prend le rôle de donneur, pas celui de destinataire comme c’est d’habitude dans les familles. Ce changement fait que le spectateur voit ce film sous un nouveau jour et comprend comment un changement radical peut tout faire basculer

 

Saisir une main et la vie change

Bethany Kruger

L’arrivée d’un petit garçon a un impact profond sur les deux voleurs, Philipe et Richard. La première fois que nous l’avons vu, il mendiait. Soudainement, dans le chaos général, le bruit des sirènes, les ordres de la police, il a saisi la main de Richard alors maladroitement déguisé en touriste. Il est nécessaire de reconnaitre que c’est l’enfant qui les a choisis et suivis. Les deux minables ne peuvent pas le rejeter, il le recueille comme un petit animal. La confusion créée par le débarquement de Mozart est renforcée par le fait qu’il soit un sourd-muet. Ne sachant rien à propos de lui, les hommes lui montrent une générosité improvisée, de la compassion et une vraie relation se forme. Grâce à l’arrivée soudaine du Mozart des pickpockets, le film génère un brillant sens de l’espoir.

Musique : détail renforçant

Takako Hirokawa

Dans ce film, l’emploi de la musique accompagne les scènes d’escroquerie et ajoute un pincée humoristique aux aspects déjà établis. Au début du film quand Richard et Philippe volent, elle a une qualité moqueuse et renforce leurs personnalités maladroites. Dès que l’enfant devient la clé des vols, elle n’est plus la pièce sautillante de l’ouverture mais une chanson triomphante, un air tzigane (comme une sorte d’hymne national) qui souligne que les trois bandits dépendent dorénavant du petit garçon.

Chris Braider, parlons journalisme

Une interview avec M. Braider

Professeur Christopher Braider est le Directeur du Programme de Journalisme à CU. Il a reçu son « Ph.D. » en littérature française au Trinity College, de Dublin en Irlande. Il a écrit de nombreux  livres sur la littérature. Il est Professeur à CU Boulder depuis 1992 et il a présidé le département de français et italien à CU en 1994-96 et 2001-2004. Il est très actif dans de nombreuses associations académiques.  En 2010, il a reçu le prix « Boulder Faculty Assembly Prize for Excellence in Service» pour son travail comme Professeur à CU.

 

Laura : En tant que le directeur du département de Journalisme à CU, comment définiriez-vous le journaliste du XXIe siècle ?

M. Braider :    Tout d’abord le journaliste du XXI siècle est à un certain point de vue tout a fait comparable, à celui du passé. Il lui faut évidemment, poursuivre la vérité, sur les faits en questions, chercher et confirmer ses sources. Les différents avis qu’on lui propose. Ce qui a changé se sont surtout les plateformes. Alors, qu’au départ, dans le passé la presse c’était quand même la presse dans la mesure où on imprimait des articles sur papier pour circuler ensuite sous cette forme physique. Maintenant de plus en plus souvent on présente des choses sur l’internet, soit sous forme de websites, soit sous forme d’applications. Que l’on peut, consulter par exemple, voir sur son portable. Donc les plateformes ont changé. Et avec les plateformes, les modèles commerciaux ont changé. Comment est-ce qu’on va tout même se payer pour son travail, se faire payer pour son travail de journaliste dans l’absence des annonces et des publicités bien connus du bon vieux temps. Ça pose encore des difficultés, ce qui fait que les nouveaux journalistes doivent aussi bien s’informer sur les conditions commerciales de leur travail, que sur les conditions intellectuelles, épistémologiques, méthodologiques. Donc de ce point de vu là, beaucoup a changé. Mais en ce qui concerne ce qu’on espérerait être à l’essentiel, la poursuite de la vérité, la poursuite de sources, la validation des sources, tout le reste tout a fait pareil.

 

Laura : Y a-t-il un avenir pour le journalisme, avec l’envahissement des technologies, le développement des blogs, de la téléphonie cellulaire…en particulier si l’on tient compte du financement?

M. Braider : Non, j’imagine que l’avenir doit passer par la conquête du commerce nouveau et des conditions nouvelles de commerce créés par les blogs, les portables, les applications, et tout le reste. Car en fin de compte pour être journaliste, pour faire un bon travail de journaliste il faut c’est comme être cœur et arme, n’est-ce pas ? C’est un vrai travail et on ne peut pas travailler sans être payer.  Ça ne serait donc être gratuit à moins que le gouvernement, par exemple, qui paye mais dans ce cas là : comment est-ce que on peut empêcher le gouvernement de dicter les actualités donc la « vérité » n’est-ce pas ? Donc, il faut passer par le commerce. Il faut passer par les conditions nouvelles de commerce. Mais, je crois que justement on a commencé à comprendre comment on peu, à la fois, exporter les nouvelles ressources technologiques et s’assurer une vie. C’est excellent pour vous de savoir qu’il existe chez nous dans notre programme un organisme qui s’appelle « The Digital News Test Kitchen. » Et leur tâche fondamentale c’est justement de tester les différentes technologies de manière à voir à la fois comment on peut les exploiter pour des fins d’information et comment on peut les exploiter afin de gagner sa vie. Donc je crois qu’on va quand même trouver le moyen, mais beaucoup de travail reste à faire pour y arriver.

 

Le pays aux 3.000 vins !

Courtney Magill

Les bulles explosives ! (Nov 2011)

Les bulles sont importantes pour différencier la qualité du champagne. Il y a 49 millions de bulles dans une bouteille. Est-ce qu’elles flottent à la surface ? C’est la caractéristique d’un bon champagne on l’appelle une « collerette » Il faut qu’il y ait de la pression dans la bouteille (au moins 2.5 bars). Si le bouchon se rétrécit et le pop n’est pas fort le vin sera mauvais. Les bulles donnent l’âge ; plus elles sont petites plus il est ancien. Vous pouvez prendre un bain de bulles de champagne ! Marilyn Monroe, l’a fait, il lui a fallu 350 bouteilles!

http://www.champagne-de-france.com/

 Il est important de différencier la qualité du champagne.

Quinn Dombrowski – wikimedia.org/wiki/file : champagne_glass

    La Romanée Conti : Une légende mystérieuse

La Romanée-Conti est un vin rouge admiré autour du monde et qui est vendu à des prix exorbitants. Certaines bouteilles coûtent plus de 15.000 euros. Le vignoble qui se situe dans la ville Vosne-Romanée, produit seulement 5.400 bouteilles par an. La légende est que le prince de Conti l’a acheté 8.000 livres (une occasion !) et a créé le cépage pour son propre plaisir. Mais, une guerre de surenchère s’est alors ouverte entre le prince et Madame de Pompadour.  D’autres épisodes ont suivi, plus récemment, en 2010, quelqu’un a essayé d’extorquer le vignoble pour un million d’euros. Les coupables ont empoisonné deux vignes. À cause de (ou grâce à) ces événements qui se succèdent dans le temps, le prix, le mystère et la curiosité ont beaucoup augmentés.

http://www.romanee-conti.fr/#/Accueil

 

 

Laura Bladow

Le muscadet : pour les fruits de mer

Le muscadet est un vin blanc qui se fait (notamment) dans la région de Nantes, une ville à l’ouest de la vallée de la Loire. Chaque année cette région produit 214.000 hl (5.653.282 gallons) de muscadet. Ce vin est unique parce qu’il utilise le cépage Melon de Bourgogne qui est très fragile. Ce raisin n’est pas très fort, donc il est fait sur lie (il est en contact avec les dépôts de précédentes fermentations). Ce vin est aussi unique grâce à son nom. Typiquement les vins français sont nommés par leur région, mais le muscadet a reçu son nom par son goût. C’est « vin qui a un goût musqué. » Le muscadet Sèvre-et-Maine est le meilleur. Il est bon frais avec des fruits de la mer.

En savoir plus : http://www.vinsdeloire.fr/SiteGP/FR/Appellation/Appellation/Muscadet

 

Jordan Allan Crabtree

Le prix de la vieillesse  (Nov 2011)

Combien coûte la bouteille de vin la plus chère au monde ? Cette année Christian Vanneque a payé $117.000 (85.867€) pour une bouteille de château d’Yquem de 1811. Ce vignoble est connu pour ses vins qui sont des premiers crus supérieurs qui vieillissent très bien. Ils ont un goût doux et complexe et ils sont un pur délice avec les desserts. Mais monsieur Vanneque ne va pas le goûter pendant quelques années parce qu’il veut attendre son 50ème anniversaire pour le boire !

En savoir plus : yquem.fr/yquem.php?lang=fr

En savoir plus:  fr.wikipedia.org/wiki/Château_d%27Yquem

 

Faulkner Griffin

Sauvignon Blanc : Urine de Chat  (Nov 2011)

Oui, oui, vous avez bien lu, nous parlons ici d’urine de chat ! C’est un arôme du Sauvignon Blanc, qui contient une sélection de plusieurs régions car c’est l’un des meilleurs cépages en France. Ce vin vient originalement de la Loire, nommé pour ses raisins verts “sauvage.” Il est frais, rafraîchissant et il y a généralement des arômes de melon ou de minéral ; on remarque particulièrement le pamplemousse. Servir avec les fruits de mer.

http://www.terroirs-france.com/vin/sauvignonblanc.html

 

Lucas Murphey Polglaze

Le vieillard de Margaux  (Nov 2011)

Le Château Margaux est un vignoble qui est connu et reconnu. On ne sait ni quand ce domaine a été fondé (il date au moins du XIIème siècle) ni quand ce Château a commencé à produire du vin. On sait seulement que le premier vin de cette propriété date du XVème siècle et s’appelait « Margou ou Margous ». Aujourd’hui, ce vignoble est très important ; une bouteille qui date de 1789 a été vendue à Christie’s pour $160.000 (€116.000), la plus chère bouteille de vin achetée. C’était un des quatre premiers à recevoir la qualification « premier cru » et une bouteille de 2009 coûte en moyenne €1.007.

En savoir plus : http://www.chateau-margaux.com/Website/site/fra_accueil.htm.

Sources :     http://www.chateau-margaux.com/Website/site/fra_accueil.htm

http://www.wine-searcher.com/find/chateau+margaux

http://www.forbes.com/2003/11/19/cx_np_1119feat.html

 

Le Château Margaux, vignoble le plus haut de sa classe.

Le Château Margaux, vignoble le plus haut de sa classe.

(http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%A2teau_Margaux_1961.jpg)

Katie Muller

Dîner au vin

Le pinot noir est un vin incontournable originaire de Bourgogne que l’on trouve dans les régions d’Alsace, du Loiret, de Champagne et dans la région Centre. De nombreux pays ont essayé, en vain, d’obtenir de ce cépage des vins aussi grands que dans ses régions de prédilection, il manque le climat français qui fait toute la différence. Le nom « pinot » vient de la grappe du pinot noir qui ressemble à une pomme de pin. Quelques plats traditionnels français utilisent ce vin comme ingrédient principal, comme, par exemple, le coq au vin et le bœuf bourguignon. C’est un des vins les plus difficiles à cultiver et à faire fermenter. Mais quand il est fini, cela vaut vraiment la peine !

À essayer : la fondue au Pinot noir, on fait cuire des dés de poulet dans du Pinot noir chaud parfumé aux épices… holala !

La grappe du pinot noir qui ressemble à une pomme de pin

La grappe du pinot noir qui ressemble à une pomme de pin

 Kelsi Welch

L’art des Bulles

Le vin effervescent scintille et pétille dû à l’excès du dioxyde de carbone. Une méthode spéciale le rend ainsi. Tout d’abord, le tirage où un mélange contenant sucres, levures et vin blanc est mis en bouteilles. Ensuite le vin est stocké horizontalement dans une cave à vin pour la prise de mousse. C’est là où une grande quantité de dioxyde de carbone se produit au cours du processus de transformation du sucre en alcool. Enfin, pendant le remuage le vin reçoit un peu plus de vin blanc et de sucre et la bouteille est rebouchée. Ce processus peut prendre deux à cinq ans en fonction de la qualité du vin !

Sources : http://www.oenologie.fr/vins-effervescents-differentes-methodes

Le vin effervescent pétille comme il est déversé.

Le vin effervescent pétille comme il est déversé.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flight_of_sparkling_wine.jpg

Kristine Buzar Gutierrez

Débouchez un Vouvray, accueillez la Loire

Pop ! Que la fête commence avec le Vigneau-Chevreau Vouvray brut biodynamique. Ce vin pétillant est prêt à être consommé par tous ceux qui savent s’amuser tout en respectant la nature. La bio-dynamie est une méthode de culture qui valorise le traitement biologique des plantes à des moments précis de l’année.La combinaison délectable des poires et des pommes illustre un été coloré en Loire et s’amuse avec les papilles gustatives. Chaque bulle légère contient un sourire, alors que le vin caresse votre âme. En plus, il est biologique, ce qui est meilleur pour notre corps.

Sources www.vigneauchevreau.com/

 

le Vouvray attend d'être bu

le Vouvray attend d’être bu

Vous avez dit Fromages ?

Lucas Murphey Polglaze

Le fromage qu’on lave (Nov 2011)

Le Munster (ne le confondez pas avec le Muenster qui est américain ou allemand) est un fromage qui vient de la région d’Alsace en France. Créé originalement par les moines, c’est un fromage qui suit des préparations spéciales. Pour faire un Munster à la traditionnelle : comme dit cheese-France.com, il faut « frotter le fromage à la main avec une solution de roche, de sel et d’eau. Cela aidera à la croissance des bactéries [, ]donn[era] une saveur forte au fromage et [aidera] la prévention de la moisissure. La maturation des Munsters de ferme prend…une semaine. Les Munsters sont ensuite transférés dans des grottes à côté des anciens Munsters. Un jour sur deux, les Munsters sont lavés et brossés. » Vous devez l’essayer !

Sources :    http://www.cheese-france.com/cheese/munster.htm

http://www.easy-french-food.com/munster-cheese.html

Le fromage Munster, un fromage créé en utilisant un processus bizarre. Le fromage Munster, un fromage créé en utilisant un processus bizarre.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:MunsterSoyotte.jpg

 

Dani Warly

Roquefort : Avez-vous le bleuze ?  (blues avec l’accent) (Nov 2011)

Le Roquefort est un fromage bleu au lait de brebis qui est produit au sud de la France.  La première mention Roquefort dans un texte était en 79, quand Pline le Jeune a commenté sa saveur riche. En 1411, Charles VI a donné le droit de produire ce fromage exclusivement au Village de Roquefort-sur-Soulzon. Bien que d’autres types de fromage bleus rassemblent au Roquefort, le fromage authentique est toujours âgé dans les grottes de Combalou à Roquefort-sur-Soulzon. Le fromage est un fromage à pâte persillée, de couleur blanche avec un intérieur persillée de moisissures. Grâce à son goût unique et sa consistance douce, le Roquefort complimente les vins sucrés …

http://www.roquefort.fr/

http://www.cheese-france.com/cheese/roquefort.htm

Une tranche du Roquefort, marqué par les moisissures.

Une tranche du Roquefort, marqué par les moisissures.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/92/Roquefort_cheese.jpg

 

Joseph Chehouri

Roquefort : Une caverne fait toute la différence  (Nov 2011)

C’est blanc et piquant, avec des veines vertes partout. Le fromage de Roquefort a été le premier à recevoir L’Appellation d’Origine Contrôlée en 1925. Venu sud de la France, il est produit loin de la capitale, à 538 km de Paris. Selon la légende, un petit pasteur mangeait du fromage de brebis quand il a vu une belle femme au loin. Abandonnant son repas dans une grotte proche, il a couru pour la rattraper…(nous n’en dirons pas plus). Il y est retourné dans la grotte après un mois et a découvert que la moisissure l’avait complètement transformé et fait de lui un fromage très spécial. Maintenant il y a presque 2.100 fermes qui produisent 19.000 tonnes dont certains paysans controversés comme José Bové, garantissent qu’il sera toujours fait dans les règles de l’art et l’un des plus populaires en France.

Sources :     http://www.roquefort-societe.com/

http://www.roquefort.fr/

Quel est le Roquefort sans une caverne - un fromage fade bien sûr !

Quel est le Roquefort sans une caverne – un fromage fade bien sûr !

 

Laura Bladow

    Le Brie de Meaux : Roi des Fromages et Prince des desserts (Nov 2011)

Le Brie de Meaux ou « Roi des Fromages et Prince des desserts » est un fromage au lait cru de vache. Il a été créé au Moyen-Âge par les moines du prieuré de Rueil en Brie. Ce surnom vient du fait qu’il était apprécié à la cour des rois. Charlemagne le goûtait alors qu’il conquérait la Lombardie. Il paraît qu’Henri IV préférait le manger avec sa femme plutôt que de passer du temps avec sa maîtresse. Finalement Louis XVI a perdu la Révolution française parce qu’il a retardé son évasion pour déguster un morceau de Brie de Meaux… Deviendra-t-il votre péché mignon ?

En savoir plus : http://www.ville-meaux.fr/Le-brie-de-Meaux.html ; http://www.univers-fromages.com/encyclopedie-fromage-Brie-de-Meaux-

 

Bethany Rose Krueger

    Le lait cru et vous ! Reblochon  (Nov 2011)

Le Reblochon est un fromage traditionnel de Haute-Savoie. Fabriqué exclusivement à partir de lait cru, sa pâte est douce et onctueuse. Il y a deux types de Reblochon, un qui est produit en ferme biologiquement et l’autre plus industriel par un fromager à l’aide d’un procédé plus sophistiqué. C’est impossible de le trouver aux États-Unis à cause de la réglementation du commerce sur le lait cru, mais si vous visitez la Haute-Savoie, cherchez ce plat incroyable qui rendra jaloux votre pauvre pizza ! La Tartiflette. C’est un gratin de reblochon vraiment délicieux avec des oignons, des pommes de terre et de la crème ! Holala… miam miam

Le lait cru et vous - Reblochon

 http://veroshappytravels.com/2009

Reblochon dans une caverne

La Statue de la liberté : Le Cadeau devenu symbole

La Liberté éclairant le monde symbolise beaucoup de choses différentes. La statue a la forme de Marianne qui représente les valeurs de la République Française. Elle tient la Déclaration d’Indépendance des États-Unis dans la main gauche sur laquelle on peut lire la date « July IV, MDCCLXXVI » date à laquelle le document a été signé. Dans la main droite elle tient un flambeau qui figure la diffusion de la connaissance. À ses pieds il y a les chaines brisées de l’esclavage qui caractérisent la liberté.

La statue de la liberté est fondée sur l’amitié. C’est un cadeau des Français pour le centenaire de l’indépendance des États-Unis, qui célèbre aussi leurs bonnes relations. Il a fallu deux ans pour construire ce cadeau, ce grand geste en sens et taille. La statue a été exécutée à Paris par Bartholdi et Gustave Eiffel en 1884, puis les 350 pièces détachées ont été assemblées aux États-Unis en 1886. Elle se trouve sur l’île de la liberté et elle accueillait les immigrants sur une terre où tout était possible.

Grâce à sa popularité, 3,5 millions de visiteurs par an laissent leur trace aujourd’hui sur ce site historique. La statue va fermer le 29 octobre 2011 pour une rénovation de 27,25 millions de dollars qui améliorera l’intérieur et les systèmes électriques.  La visiter : de 9h30 à 17h00. Réservations indispensables pour accéder au piédestal ou à la tête. Gratuité pour les enfants jusqu’à 4 ans. Comptez $5 pour les enfants entre 4 et 12 ans, $13 pour les plus de 13 ans, et $10 pour les plus de 62 ans. Si on ne peut pas visiter la statue à New York, on peut voir la statue originale de Marianne en France. Beaucoup de répliques se trouvent aussi autour du monde en France, Autriche, Allemagne, Kosovo, Norvège, Espagne, Ukraine, Angleterre, Irlande, Mexique, Argentine, Brésil, Equateur, Pérou, Chine, Israël, Japon, Philippines, Taiwan, Vietnam, et Australie.

Sources :

http://whc.unesco.org/fr/list/307

http://french.france.usembassy.gov/a-z-statue-de-la-liberte.html

http://www.lefigaro.fr/international/2011/08/11/01003-20110811ARTFI…

http://www.nps.gov/stli/planyourvisit/feesandreservations.htm

La lune illumine la statue

La lune illumine la statue

(AP Photo/Julio Cortez)

Festival de Cannes : Politiquement correct

Il existe une relation très complexe entre la politique et le festival de Cannes. Régulièrement, les films du festival traitent des affaires ou des personnalités politiques. Il y a deux sortes de films politiques : comiques et sérieux. En 1969 « Z »de Costa Gavras un film satirique qui explore l’affaire Lambrakis a gagné le prix du jury à l’unanimité. Au festival de Cannes 2011, il avait deux films qui se moquaient des hommes politiques. « La Conquête », un film au sujet du président français Nicolas Sarkozy dans lequel sa vie était exposée avec un humour satirique. Un film sur le président américain Barack Obama, « The Big Fix », était un documentaire sérieux et informatique.

Le festival a été créé par Jean Zay, le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts en 1939 pour des raisons politiques. À cette période, le meilleur festival de film était la Mostra de Venise. Mais, les tensions montaient entre les gouvernements fasciste et français. Donc, en réponse le festival de Cannes a été fondé. Mais alors la deuxième guerre mondiale a commencé et le début du festival a été retardé.

Récemment, la politique et le festival de Cannes sont entrés en conflit à propos le changement des dates du prochain festival. Il était programmé originairement à la même date que l’élection présidentielle française. Ce n’est pas la première fois : le festival perdrait l’attention des medias au profit de l’élection !

Pour aller au festival de Cannes l’année prochaine prenez l’avion (à l’aéroport de Cannes Mandelieu) ou le train (à gare de Cannes) le 16-27 Mai 2012 et obtenir une invitation pour le Cinéma de la Plage au bureau du tourisme à Cannes.

Présidents Sarkozy et Obama

(AP Photo/Alex Brandon)

Lire l’article …