Frédéric Pichon, art – chitecture …

Frederic Pichon est peintre et architecte. C’est un artiste qui nous vient du Havre, en Normandie. Il a reçu son diplôme de l’école d’architecture de Paris Belleville. Maintenant, il habite à Denver et ses peintures s’exposent à la Spark Gallery..

Votre peinture “supernova” est fantastique. Quelle est son histoire?

Dans trois milliards d’année, le soleil va exploser et va se transformer en supernova. Euh, il va complètement englober une grande partie du système solaire euh, et la terre sera brûlée. Donc c’est dans 3 milliards d‘années, donc ça nous laisse un petit peu de temps euh, en anglais c’est « three billion » euh, mais donc, en fait, j’imaginais que dans trois milliard d’années, il y aurait encore des humains, et que il y aurait encore de l’architecture et en particulier l’architecture que j’aime aujourd’hui au 21ème siècle. Euh et que donc, comme la terre sera brûlée, les humains seront obligés de s’enterrer en profondeur parce qu’il fera beaucoup trop chaud et qu’il n’y aura plus d’eau, et voilà c’est l’idée de la peinture. Donc en fait c’est une coupe sur l’écorce terrestre. Le ciel est ici, ça c’est le terre et les humains vivent dans des tunnels qui sont creusés dans la terre. Dans les tunnels il y a de l’eau et il y a des bâtiments d’architecture que j’aime aujourd’hui et que les humains on démontés et recréés dans les galeries souterraines pour se protéger du soleil qui a explosé. Voilà une idée de que les artistes on pour le futur dans trois milliards d’années.

Que voulez-vous communiquer ou partager avec vos peintures ?

Quand je travail, je fais beaucoup de choses sur l’ordinateur et j’ai besoin de travailler avec mes mains, j’aime le contact tactile entre autre chose, et la peintures ça permet faire ça. Et aussi la peinture ça fait quelque chose de physique, quelque chose de matériel. Euh, quand on peut bouger, quand on peut regarder, il y a quelque part que peut-être que je suis un peu traditionnel pour ça. Mais pour moi, ça a plus de valeur que quand c’est juste une image sur un écran, parce que pour moi la peinture c’est quelque chose d’important, j’ai toujours aimé ça.  J’ai toujours été dans des musées. J’ai toujours beaucoup aimer ça, même aller dans des musées et regarder, j’ai passé des heures quand j’étais étudiant à regarder les peintures pour moi c’est important.

2.  L’architecture, est-ce qu’elle vous donne le même exutoire créatif que l’art ?

Non, ce n’est pas du tout la même chose. D’abord, l’architecture c’est beaucoup plus long, comme processus, c’est le processus sur un bâtiment, ça peut prendre des années, parfois entre le moment où on commence à le concevoir et le moments où il est finalement, réalisé, construit, parfois, ce coule de cinq, dix ans. C’est pas du tout la même chose, c’est un processus évolutif, dans lequel le projet change beaucoup, entre les premières esquisses qu’on fait et est-ce qui réalisé finalement. Et il y a généralement un grand différance. On passe par plusieurs phases on passe par plusieurs étapes, très souvent on refait le projet, parce qu’il y a tout une règlementation qui impose de faire des changement qu’on avait pas prévus au départ, donc dans le projet d’architecture c’est quelque chose, c’est un processus beaucoup plus long. La peinture, c’est presqu’immédiat, on sait ce qu’on veut faire et on le réalise.

3. Où trouvez-vous l’inspiration pour l’art et l’architecture ?

J’ai beaucoup été dans des musées, j’ai beaucoup vu de peintures. ça m’a beaucoup inspiré,  il y a plein d’artistes que j’aime, et je me dis tient, ça c’est vraiment bien, j’aimerais bien faire la même chose. Euh, Je lis, ça me donne des idées, euh les textes parfois me donnent des idées, euh, et puis je suis quand même quelqu’un de très graphique quand je vois des images, ça enclenche un processus de réflection, une image en créé une autre et euh je fais des recherches, j’en trouve une autre, j’en trouve en autre, et finalement ça me donne une idée pour faire une peinture. Pour faire des bâtiments, c’est un peu la même chose, sauf qu’on est beaucoup plus contraints, on est contraints par le budget, par la demande des clients, par la réglementation donc on essaie de faire ce qu’on a dans la tête.

Le Mozart des pickpockets

Du geste à l’attitude

Danielle Foss

Le court-métrage prend pour sujet le larcin et l’apprentissage d’un jeune mendiant sourd-muet dans l’art de voler. Deux hommes, Philippe et Richard, adoptent l’enfant et lui enseignent les principes des voleurs. La première leçon est de changer son approche et de ne plus mendier (tendre la main), mais de prendre ce qu’on veut avec une main experte. Essentiellement, c’est la différence entre la dépendance et l’indépendance. Avec ce changement de geste, les deux hommes enseignent à l’enfant comment devenir le participant actif de sa vie. La leçon révèle en lui un talent naturel pour voler, et son succès à la fin nous offre son premier sourire du film.

Le titre à écouter

Lyrana Hughes

Ce court métrage réalisé par Philippe Pollet-Villard, possède un titre curieux qui mérite un examen. Le titre fait référence à un petit garçon de la rue. Un sourd-muet, il est doué exceptionnellement pour le pickpocketing. La juxtaposition du nom Mozart—attribué par affection—à côté du crime de pickpocketing est intéressante : est-ce qu’un tel crime peut être aussi de l’art ? Allez regarder « Les Mozart des pickpockets, » cet enfant est sûr de vous surprendre et vous plaire !


Au rythme de la musique

Lindsay Lou Groninger

La musique du film, l’unifie le film comme une comédie. Le ton humoristique deviendrait monotone si il n’y avait que les dialogues. Une scène en particulier, est très représentative. Quand Philippe décrit une stratégie pour voler un touriste à trois, la musique commence et s’arrête avec l’histoire imaginaire, lorsque la réalité est moins idéale. Elle complète la progression du vol en le transformant en caricature.


Scènes coupantes

Joseph Chehouri

Ce film nous captive avec une intrigue directe et rapide. En ne la situant pas dans un grand contexte, le réalisateur nous force à nous adapter, un peu comme les personnages principaux, des criminels mineurs – Philipe et Richard. Leurs vies changent au jour le jour et parfois même d’heure en heure. De plus, les scènes courtes ajoutent à ce sentiment d’instabilité et au découragement qui se construit le long du film. Tout de cela culmine dans la scène finale, qui présente une opportunité d’avoir enfin la stabilité. Mais comme une vie normale, ça leur échappe aussi.


Éveiller le Mozart qui est en nous

Faulkner Griffin

Au début de l’histoire, on attend la fin du silence de Mozart. Pourquoi ne parle-t-il pas ? Quand va-t-il montrer sa personnalité ? Son attitude semble amorphe même quand Richard renonce à sa Rolex pour le garder dans la chambre. C’est alors qu’on se rend compte que Mozart est réellement sourd-muet. Dans cette scène, les trois dînent ensemble autour de quelques pâtes et deviennent une famille. Au long du film, Mozart devient plus heureux et s’épanouit à chaque vol. Et à la fin, avec un vol digne d’un vrai artiste, on voit le meilleur sourire du monde, celui du Mozart des pickpockets.


Un peu de bleu dans la grisaille

Jordan Crabtree

Dans ce court-métrage, on est dans un monde des métaphores subtiles qui dans un sens profond représentent les personnages et leurs rôles dans l’histoire. Tel que le petit que les hommes hébergent dans leur chambre. Quand ils sont tous à la table pour dîner on voit que le garçon porte un pull bleu alors le reste dans la scène est très terne (décor, vêtements, peau, lumière). Cette couleur symbolise une sorte d’eau pure qui va les laver et rendre leur vie meilleure. Par la suite fait, c’est cela qu’il fait, il est comme un billet gagnant de loterie, un ciel bleu, un peu d’espoir.


Court : au film comme dans la vie

Laura Bladow

Le court métrage est comme la vie… courte. C’est une métaphore qui nous force faire attention aux détails. La clé de l’impact du film est dans sa brièveté parce que chaque scène à des dialogues très riches, des mouvements fournis, un cadre et des décors offrent des indices abondants etc. Il souligne que l’on doit faire bien attention aux détails pour bien comprendre l’histoire mais aussi qu’on doit être conscient de c eux dans notre vie pour la vivre complètement.

 

Écrire le futur, le pouvoir du stylo ! (Nov 2011)

Kristine Guterriez

Philippe Pollet-Villard, le réalisateur du court métrage « Le Mozart des pickpockets » est aussi scénariste. Son œil pour les détails et son style visionnaire évident y joue un rôle important. Un exemple fort de son talent est le pouvoir du stylo. C’est un point central des scènes dans la chambre. L’humeur sombre y domine, mais le stylo possède plus de couleurs (Un stylo à 4 couleurs !). Le petit Mozart l’utilise et dessine une « meson » avec des couleurs vives, un joli dessin qui est une image très loin de son environnement.  L’idée d’une maison pour l’enfant fait allusion au futur avec ses nouveaux parents, celui-ci est coloré mais ce n’est pas si simple…

 

Un peu de musique, SVP ! (Nov 2011)

Katie Muller

Dans le film “Le Mozart des pickpockets”, la musique ne joue qu’un rôle mineur et c’est la monotonie des petits évènements quotidiens qui prédomine. Pendant la plus grande partie du film, on n’entend rien d’autre que les dialogues. Quelquefois, pourtant, quelques notes d’une musique mièvre viennent parsemer maladroitement le récit. C’est insuffisant pour un court-métrage qui devrait happer l’attention des spectateurs dès les premières images. Le titre du film laissait espérer que l’histoire serait mise en valeur par une musique brillante, mozartienne. Espoir déçu.

 

Le génie de l’imbécile heureux

Hali Alexandra Wolf

Le personnage qui donne au film «Le Mozart des Pickpockets» une présence d’humour et de folie est Richard (joué par Richard Morgiève). Grâce à ses grandes oreilles, son apparence dégingandé et ses comportements féminins. Il donne à son rôle d’acolyte de Philippe plein d’originalité et de dynamisme. Morgiève n’est pas seulement capable de représenter un idiot très sympathique à l’écran mais arrive aussi à nous attendrir avec la touche maternelle qu’il adopte avec le jeune « Mozart ». À la fois très sage, humble, créatif et totalement maladroit, il exploite le génie de l’acteur dans toute sa splendeur. Cette dualité conjointement avec sa performance remarquable rendent le film captivant.

 

Petit parent deviendra grand

Lucas Polglaze

« Le Mozart des pickpockets » met l’accent sur les relations entre les adultes et les enfants. On y voit les deux personnages principaux, des hommes qui doivent voler pour survivre qui ne savent pas épeler le mot « maison ». Ce ne sont pas vraiment des parents modèles. Mais quand un jeune garçon sourd-muet entre dans leur vie, ils le considèrent comme leur fils. Les relations basculent et l’enfant soutient ses « parents » en leur fournissant de l’argent et encore plus… la liberté. Ainsi, l’enfant prend le rôle de donneur, pas celui de destinataire comme c’est d’habitude dans les familles. Ce changement fait que le spectateur voit ce film sous un nouveau jour et comprend comment un changement radical peut tout faire basculer

 

Saisir une main et la vie change

Bethany Kruger

L’arrivée d’un petit garçon a un impact profond sur les deux voleurs, Philipe et Richard. La première fois que nous l’avons vu, il mendiait. Soudainement, dans le chaos général, le bruit des sirènes, les ordres de la police, il a saisi la main de Richard alors maladroitement déguisé en touriste. Il est nécessaire de reconnaitre que c’est l’enfant qui les a choisis et suivis. Les deux minables ne peuvent pas le rejeter, il le recueille comme un petit animal. La confusion créée par le débarquement de Mozart est renforcée par le fait qu’il soit un sourd-muet. Ne sachant rien à propos de lui, les hommes lui montrent une générosité improvisée, de la compassion et une vraie relation se forme. Grâce à l’arrivée soudaine du Mozart des pickpockets, le film génère un brillant sens de l’espoir.

Musique : détail renforçant

Takako Hirokawa

Dans ce film, l’emploi de la musique accompagne les scènes d’escroquerie et ajoute un pincée humoristique aux aspects déjà établis. Au début du film quand Richard et Philippe volent, elle a une qualité moqueuse et renforce leurs personnalités maladroites. Dès que l’enfant devient la clé des vols, elle n’est plus la pièce sautillante de l’ouverture mais une chanson triomphante, un air tzigane (comme une sorte d’hymne national) qui souligne que les trois bandits dépendent dorénavant du petit garçon.

Insolite : holala ces Français !!

Lucas Murphey Polglaze

Soyez révolutionnaire : Tour Eiffel ou guillotine ?

En 1886, les français se préparaient à organiser l’Exposition Universelle de 1889, une date qui marquait le centenaire de la Révolution Française. C’est pour ça que les organisateurs ont décidé qu’il fallait faire quelque chose pour la commémorer. Donc ils ont lancé un concours pour dessiner une tour appropriée pour l’occasion. Bien sûr, la tour Eiffel a gagné, mais les autres choix étaient vraiment intéressants. Les compétiteurs étaient une grande guillotine (sic), un grand arrosoir pour aider Paris en cas de sécheresse et un phare pour tout illuminer (il allait fournir assez de lumière pour que les parisiens puissent lire le journal en pleine nuit).
Grâce à la réflexion des juges, le meilleur dessin a été élu et il est toujours numéro 1 aujourd’hui…vous avez devinez ?

Sources :     http://www.paris-eiffel-tower-news.com/eiffel-tower-stories/eiffel-…

http://www.essortment.com/eiffel-tower-information-built-19756.html

 

Joseph Chehouri

The Frogs : Vous mangez ce que vous êtes

Dans ce cas, c’est soit un rosbif, soit une grenouille en fonction du côté de la Manche que vous habitez. Les Français appellent souvent leurs homologues Anglais  “les Rosbifs” dans le langage populaire, une référence au bifteck – leur contribution à la cuisine française du 18ième siècle. En même temps, les Anglais appellent les français “les Frogs ou Froggys” (les grenouilles) parce que la France en est le plus gros consommateur en Europe (depuis des siècles).
Le saviez-vous ?  Les français importent entre 3.000 à 4.000 tonnes de cuisses de grenouille chaque année. La façon la plus courante pour les déguster est à l’ail, beurre et persil (comme les escargots), ne négligeons pas le potage de cresson de grenouilles (au Resling et à la crème) ou le fricassée de grenouilles que l’on déguste avec un Bordeaux Grave.
Bon appétit !

Sources :      http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20080311092030AAbxMFr

http://afroginuk.blog4ever.com/blog/lire-article-395912-1688262-les…

Un pub célèbre à Val Thorens , en Savoie, France. Il capture la gastro-doxe entre les deux cotés d’atlantique.

Un pub célèbre à Val Thorens , en Savoie, France. Il capture la gastro-doxe entre les deux cotés d’atlantique.

 

Danielle Foss

La France dans votre main !

« Visitez la France à pas de géant » – c’est le slogan de France miniature, qui se trouve à l’ouest de Paris à Élancourt. Il est possible d’explorer les sites et les monuments français les plus connus sans quitter les 5 hectares du parc. Ce grand jardin à la forme du pays et toutes les reproductions sont situées à leurs places correctes sur la carte. On peut voir des répliques détaillées de la Tour Eiffel, du Mont St. Michel (sur un lac), du château de Chambord ou de ville de Saint Tropez et bien plus. La visite se fait dans un petit train et il y a de nombreuses attractions, comme la traversée de la manche…dans une nacelle !

Le prix ? à partir de 13€. C’est vraiment un lieu insolite à visiter !

Sources :      http://www.franceminiature.fr/

http://www.planet.fr/france-16-sites-insolites-a-visiter-en.19489.1

Quelques reproductions dans le parc France miniature

http://www.openimagebank.com/dbsimgs1/XA099066.jpg

 

Kristine Gutierrez

L’escargot : accident gastronomie

Mangé depuis les temps préhistorique, l’escargot est vraiment devenu un repas gastronomique en 1814. L’intendant de Napoléon et le Tsar Alexandre I se sont rencontrés dans un restaurant en Bourgogne. Ils étaient en retard et le restaurant avait déjà servi toutes ses viandes. Il n’y avait plus rien à manger ! Un peu désespéré, le chef est allé chercher des escargots au jardin, il les a fait cuire et les a servis avec de l’ail, du persil et du beurre. Apparemment, le résultat était réussi…les français les dégustent depuis… En France on en consomme quatre sortes : les petits gris, le gros gris, l’escargot de Bourgogne –mon préféré-  et le bigorneau (escargot de mer)…
Pour les connaisseurs… essayez les œufs d’escargots ! Le caviar de la Bourgogne !

http://www.chowinthecity.com/2008/12/20/escargots/

Kevin Bodkin

Spiderman Français

Alain Robert est peut-être le plus bien connu grimpeur du monde. Il monte les tours les plus hautes, souvent sans corde ni assurance. Entre 1994 et 2011, il a escaladé la tour Sears (442 mètres) à Chicago, Taipei 101 à Taiwan (509.2 m), la plus haute tour du monde Burj Khalifa (828 m) et beaucoup d’autres. Le 31 décembre 1996, juste avant minuit, il a escaladé la tour Eiffel…les températures étaient négatives et il a dû porter des moufles ! En général ses montées sont illégales, donc il a  été arrêté bien des fois tout autour du monde. Pour en savoir plus, visitez http://www.alainrobert.com ou regardez un des films auxquels il a participé.

 

Rachael Ryals

Zorbons ! (La Ballule)

Qu’est-ce qu’un Zorb ? L’idée est venue de la Nouvelle-Zélande en 1994 mais en fait ce passe-temps a gagné ses lettres de noblesse en France. Pour « zorber » une ou deux personnes montent dans un zorb, un appareil qui consiste d’une bulle en plastique transparent rigide dans une autre bulle transparente et traversé par un sas cylindrique. C’est l’espace entre les deux bulles qui créé un matelas d’air qui protége le « Bullard ». Une fois à l’intérieure de la boule, le zorbeur commence à rouler dans un champs ; une chute d’eau ou une pente enneigée. Il y a des harnais à l’intérieur pour maintenir sa position pendant le tour. Il existe aussi l’Hydrozorb : qui contient de l’eau (ça se complique). Quelle que soit votre préférence soyez prête à devenir un zorbonaute, les Français adorent ! Donc il faut essayer.

En savoir plus : http://www.zorb.fr/

Un groupe de zorbonautes monte sur le terrain.

Un groupe de zorbonautes monte sur le terrain.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Zorbs_at_the_Chew_Stoke_Harvest_Home_2010.jpg

 

Takako Hirokawa

C’est la guerre à Paris !

C’était en août 2011 et les employés d’Ubisoft ne voulaient pas travailler. Ils ont décidé de couvrir leurs fenêtres avec des Post-it à la forme des personnages des jeux vidéo Space Invaders. En représailles, les salariés de la banque BNP ont créé leur armée de figures du même jeu de petites feuilles colorées pour détruire les extraterrestres d’Ubisoft et la guerre des Post-it a commencé !Maintenant, on les trouve aux fenêtres de toutes les grandes entreprises et dans les grandes zones d’affaires, les tours se répondent… Ce nouveau jeu a réduit la productivité partout à Paris et continue à se propager en France. … à suivre !

Sources:      http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/08/01/post-it-les-open-space

 L’armée d’extraterrestres d’Ubisoft.

 

Courtney Magill

Coca Cola : la canette écologique

Chaque Noël, Coca s’associe avec les ours polaires… Cette année en France, c’est incroyable, Coca Cola va changer la couleur de ses canettes pour sensibiliser la population au réchauffement de la planète. Après le 1er Novembre, 1,4 billion des canettes seront blanches. Pourquoi ce changement extrême ? Leur symbole, l’ours blanc, est en voie d’extinction. Le but est de communiquer et de collecter de l’argent. L’entreprise a donné déjà deux million d’euros à WWF (World Wild liFe) qui représente la terre en l’arctique. Cette opération n’affecte pas les consommateurs aux États-Unis ni au Canada… pour voir cette nouvelle canette, il faudra venir boire votre coca en France !

http://fr.news.yahoo.com/canettes-coca-cola-abandonnent-couleur-rou…

Les ours blanc  qui sont en voie d’extinction.

U.S. Fish and Wildlife Service, Robert Wilson

 

Le pays aux 3.000 vins !

Courtney Magill

Les bulles explosives ! (Nov 2011)

Les bulles sont importantes pour différencier la qualité du champagne. Il y a 49 millions de bulles dans une bouteille. Est-ce qu’elles flottent à la surface ? C’est la caractéristique d’un bon champagne on l’appelle une « collerette » Il faut qu’il y ait de la pression dans la bouteille (au moins 2.5 bars). Si le bouchon se rétrécit et le pop n’est pas fort le vin sera mauvais. Les bulles donnent l’âge ; plus elles sont petites plus il est ancien. Vous pouvez prendre un bain de bulles de champagne ! Marilyn Monroe, l’a fait, il lui a fallu 350 bouteilles!

http://www.champagne-de-france.com/

 Il est important de différencier la qualité du champagne.

Quinn Dombrowski – wikimedia.org/wiki/file : champagne_glass

    La Romanée Conti : Une légende mystérieuse

La Romanée-Conti est un vin rouge admiré autour du monde et qui est vendu à des prix exorbitants. Certaines bouteilles coûtent plus de 15.000 euros. Le vignoble qui se situe dans la ville Vosne-Romanée, produit seulement 5.400 bouteilles par an. La légende est que le prince de Conti l’a acheté 8.000 livres (une occasion !) et a créé le cépage pour son propre plaisir. Mais, une guerre de surenchère s’est alors ouverte entre le prince et Madame de Pompadour.  D’autres épisodes ont suivi, plus récemment, en 2010, quelqu’un a essayé d’extorquer le vignoble pour un million d’euros. Les coupables ont empoisonné deux vignes. À cause de (ou grâce à) ces événements qui se succèdent dans le temps, le prix, le mystère et la curiosité ont beaucoup augmentés.

http://www.romanee-conti.fr/#/Accueil

 

 

Laura Bladow

Le muscadet : pour les fruits de mer

Le muscadet est un vin blanc qui se fait (notamment) dans la région de Nantes, une ville à l’ouest de la vallée de la Loire. Chaque année cette région produit 214.000 hl (5.653.282 gallons) de muscadet. Ce vin est unique parce qu’il utilise le cépage Melon de Bourgogne qui est très fragile. Ce raisin n’est pas très fort, donc il est fait sur lie (il est en contact avec les dépôts de précédentes fermentations). Ce vin est aussi unique grâce à son nom. Typiquement les vins français sont nommés par leur région, mais le muscadet a reçu son nom par son goût. C’est « vin qui a un goût musqué. » Le muscadet Sèvre-et-Maine est le meilleur. Il est bon frais avec des fruits de la mer.

En savoir plus : http://www.vinsdeloire.fr/SiteGP/FR/Appellation/Appellation/Muscadet

 

Jordan Allan Crabtree

Le prix de la vieillesse  (Nov 2011)

Combien coûte la bouteille de vin la plus chère au monde ? Cette année Christian Vanneque a payé $117.000 (85.867€) pour une bouteille de château d’Yquem de 1811. Ce vignoble est connu pour ses vins qui sont des premiers crus supérieurs qui vieillissent très bien. Ils ont un goût doux et complexe et ils sont un pur délice avec les desserts. Mais monsieur Vanneque ne va pas le goûter pendant quelques années parce qu’il veut attendre son 50ème anniversaire pour le boire !

En savoir plus : yquem.fr/yquem.php?lang=fr

En savoir plus:  fr.wikipedia.org/wiki/Château_d%27Yquem

 

Faulkner Griffin

Sauvignon Blanc : Urine de Chat  (Nov 2011)

Oui, oui, vous avez bien lu, nous parlons ici d’urine de chat ! C’est un arôme du Sauvignon Blanc, qui contient une sélection de plusieurs régions car c’est l’un des meilleurs cépages en France. Ce vin vient originalement de la Loire, nommé pour ses raisins verts “sauvage.” Il est frais, rafraîchissant et il y a généralement des arômes de melon ou de minéral ; on remarque particulièrement le pamplemousse. Servir avec les fruits de mer.

http://www.terroirs-france.com/vin/sauvignonblanc.html

 

Lucas Murphey Polglaze

Le vieillard de Margaux  (Nov 2011)

Le Château Margaux est un vignoble qui est connu et reconnu. On ne sait ni quand ce domaine a été fondé (il date au moins du XIIème siècle) ni quand ce Château a commencé à produire du vin. On sait seulement que le premier vin de cette propriété date du XVème siècle et s’appelait « Margou ou Margous ». Aujourd’hui, ce vignoble est très important ; une bouteille qui date de 1789 a été vendue à Christie’s pour $160.000 (€116.000), la plus chère bouteille de vin achetée. C’était un des quatre premiers à recevoir la qualification « premier cru » et une bouteille de 2009 coûte en moyenne €1.007.

En savoir plus : http://www.chateau-margaux.com/Website/site/fra_accueil.htm.

Sources :     http://www.chateau-margaux.com/Website/site/fra_accueil.htm

http://www.wine-searcher.com/find/chateau+margaux

http://www.forbes.com/2003/11/19/cx_np_1119feat.html

 

Le Château Margaux, vignoble le plus haut de sa classe.

Le Château Margaux, vignoble le plus haut de sa classe.

(http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%A2teau_Margaux_1961.jpg)

Katie Muller

Dîner au vin

Le pinot noir est un vin incontournable originaire de Bourgogne que l’on trouve dans les régions d’Alsace, du Loiret, de Champagne et dans la région Centre. De nombreux pays ont essayé, en vain, d’obtenir de ce cépage des vins aussi grands que dans ses régions de prédilection, il manque le climat français qui fait toute la différence. Le nom « pinot » vient de la grappe du pinot noir qui ressemble à une pomme de pin. Quelques plats traditionnels français utilisent ce vin comme ingrédient principal, comme, par exemple, le coq au vin et le bœuf bourguignon. C’est un des vins les plus difficiles à cultiver et à faire fermenter. Mais quand il est fini, cela vaut vraiment la peine !

À essayer : la fondue au Pinot noir, on fait cuire des dés de poulet dans du Pinot noir chaud parfumé aux épices… holala !

La grappe du pinot noir qui ressemble à une pomme de pin

La grappe du pinot noir qui ressemble à une pomme de pin

 Kelsi Welch

L’art des Bulles

Le vin effervescent scintille et pétille dû à l’excès du dioxyde de carbone. Une méthode spéciale le rend ainsi. Tout d’abord, le tirage où un mélange contenant sucres, levures et vin blanc est mis en bouteilles. Ensuite le vin est stocké horizontalement dans une cave à vin pour la prise de mousse. C’est là où une grande quantité de dioxyde de carbone se produit au cours du processus de transformation du sucre en alcool. Enfin, pendant le remuage le vin reçoit un peu plus de vin blanc et de sucre et la bouteille est rebouchée. Ce processus peut prendre deux à cinq ans en fonction de la qualité du vin !

Sources : http://www.oenologie.fr/vins-effervescents-differentes-methodes

Le vin effervescent pétille comme il est déversé.

Le vin effervescent pétille comme il est déversé.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flight_of_sparkling_wine.jpg

Kristine Buzar Gutierrez

Débouchez un Vouvray, accueillez la Loire

Pop ! Que la fête commence avec le Vigneau-Chevreau Vouvray brut biodynamique. Ce vin pétillant est prêt à être consommé par tous ceux qui savent s’amuser tout en respectant la nature. La bio-dynamie est une méthode de culture qui valorise le traitement biologique des plantes à des moments précis de l’année.La combinaison délectable des poires et des pommes illustre un été coloré en Loire et s’amuse avec les papilles gustatives. Chaque bulle légère contient un sourire, alors que le vin caresse votre âme. En plus, il est biologique, ce qui est meilleur pour notre corps.

Sources www.vigneauchevreau.com/

 

le Vouvray attend d'être bu

le Vouvray attend d’être bu

McDo : croquez dans la mondialisation !

Photo Roberto Badin

McDo sert la mondialisation à tout le monde, emballé dans du papier. À chaque repas, McDo fait un pas en avant pour définir la cuisine mondiale et fait grossir ses consommateurs. Bien sûr, l’industrie réussit, mais en France, les lois sur la nourriture préviennent et encouragent à la fois son pouvoir. Elles régulent le transport, l’origine et la santé de la viande et McDo doit les suivre. Ainsi, ses « burgers » sont plus sains, mais en même temps, McDo s’intègre à la culture.

McDo a six promesses de qualité (en terme de nourriture) envers ses consommateurs, lesquelles sont très importantes pour les Français. En adoptant de nouveaux aliments, McDo essaie de se définir comme fondamentalement français et envahit leur culture avec des macarons, des tartines, des croustillants et des tartelettes. Avant, ces gâteries ne se trouvaient que dans les boulangeries et pâtisseries de quartier. Le senior vice-président de McDo France et Europe annonce : avec la baguette « nous faisons partie du quotidien des Français…ils sont passionnés de pains, fous de baguette. Nous répondons progressivement à une demande naturelle ». La question qu’on peut poser maintenant : les Français préféreront-ils McDo aux restaurants français dans le futur ?

Les français préfèrent l’expérience intime avec la nourriture, alors  les restaurants McDo sontdevenus très chics en France : la décoration intérieure des chaises et des aciers inoxydables rendent les restaurants modernes et « cool. » Mais, il semble que McDo n’ait pas d’identité, parce que tous ses restaurants sont les mêmes. En fait, il n’a pas acquis la culture française malgré son effort pour y parvenir.  Il peut offrir des macarons, des tartines, des hamburgers avec de la baguette tous les jours, mais il lui manque une dimension.

Pourtant, la France est juste après les Etats-Unis comme le plus grand consommateur de McDo (il faut dire qu’il a peu de concurrence).  Le savez-vous ? A cause des lois, de la qualité des ingrédients et des restaurants , le McDo est très cher en France, par exemple, le Royal Deluxe coûte 6,30 Euros (9$) en France, pour 1$ aux Etats-Unis.  Mais, pour les Français,  cela reste encore bon marché … Au final, McDo est la force et le produit de la mondialisation mais les économies faites en achetant son burger, ne valent pas le coût de perdre son identité.

http://adsoftheworld.com/media/print/mcdonalds_mccaf_small_burger_1

Les pubs des macarons : http://www.fastandfood.fr/2009/09/11/le-macaron-de-mcdonalds/

Le p’tit dej’ et la citation: http://www.20minutes.fr/economie/794606-mcdo-convertit-petit-dejeun…

Le McBaguette : http://www.20minutes.fr/economie/764098-baguette-debarque-chez-mcdo

http://streetgeneration.fr/news/breves/55496/mcdonald’s-se-met-a-la…

Le site du MacDo : http://www.mcdonalds.fr

French Kiss… Le goût de la France

New York Public Library

Beaucoup de jeunes filles rêve de l’amant français idéal, qui l’aimera passionnément. Dans l’esprit américain, la romance et la liberté d’aimer sont des traits très français, à la fois un stéréotype et une réalité. Le moulin rouge, Paris la ville d’amour, la cuisine sensuelle (le vin, le fromage, oh là là !) – tant d’exemples qui définissent la France comme le pays de l’amour. Naturellement, le french kiss, ou « Baiser Amoureux » est un art érotique, une action de la passion qui a un nom universel lequel reflète son romantisme.

Bien que le baiser amoureux ait existé depuis longtemps, le nom a été attribué par un chercheur néerlandais, Theodor Van de Veld en 1926. Il l’a étudié en se basant sur un couple de Bretons, les Maraichin, qui passaient « des heures à mutuellement explorer et caresser la cavité intérieure de la bouche de l’autre, en y plongeant la langue le plus profondément possible. » On peut dire, merci aux Maraichins ! Mais ils ne sont pas les seuls, la réputation des français a vraiment créé la légitimité du french kiss.

Qu’est-ce qui le rend plus spécial qu’un baiser normal ? Selon la description des Maraichin, le french kiss est plus qu’un nom, c’est un acte très érotique, délicieux et lent. On prend un risque quand on donne un baiser amoureux : la relation entre deux personnes doit être très confortable et l’on doit être prêt pour un tel transfert d’amour… mais aussi, au transfert éventuel de maladies. Ainsi, la mononucléose, s’appelle aussi « maladie du baiser». La salive, qui se partage entre deux amants, est la source de quelques maladies infectieuse. Mais, le risque est moindre que les avantages, il renforce notre système immunitaire et puis ce n’est pas juste pour le plaisir, quand on s’embrasse… on brûle plus de six calories à la minute !

Au bout du compte, un baiser amoureux est la meilleure expression d’amour et de passion mais aussi, une méthode pour devenir français pour un jour, une heure ou une minute. Un french kiss est une déclaration libre d’amour et une démonstration du pouvoir qu’ont les français de nous inspirer.

Image

http://www.lexpress.fr/culture/livre/du-baiser_801866.html

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sexualite/le-baiser-c-est-…