“Le Scaphandre et le papillon”

 Jenna Moxley

Le Scaphandre et le Papillon est un drame franco-américain de Julian Schnabel sorti en 2007 qui met en scène Mathieu Amalric, dans le rôle de Jean-Dominique, plongé dans un coma d’où il ressort plus tard affecté du syndrome d’enfermement. On appréciera la présence d’Emmanuelle Seigner dans le rôle de Céline et Marie-Josée Croze dans le rôle de Henriette, qui expriment les émotions face à l’épreuve de Jean-Dominique qui semble subir dans l’immobilité. Ce film de 112 minutes, produit par Pathé Renn Productions offre un ton émouvant qui ne manquera pas de séduire le public de Schnabel.

Le Scaphandre et le Papillon est adapté du livre français du même titre, écrit par Jean-Dominique Bauby en 1997. A l’origine, Johnny Depp était prévu pour le rôle de Jean-Dominique, mais son engagement sur ‘Pirates des Caraïbes’ l’a finalement forcé à renoncer au projet. Mathieu Amalric n’était pas en tête de liste au moment d’incarner Jean-Do. Ce film est le résultat d’une collaboration entre des acteurs français et un réalisateur américain, Schnabel qui déclarait que le film devait être en français, il a donc appris le français, considérant que la langue riche du livre fonctionnerait mieux dans son original.

Un homme se réveille dans un lit d’hôpital sans pouvoir bouger, parler, ni même respirer sans assistance. La caméra représente son point de vue pendant qu’il essaie de garder son oeil ouvert. Le spectateur s’inquiète pour cet inconnu et son avenirr.

Jean-Dominique Bauby, rédacteur en chef, a un accident vasculaire brutal, il est plongé dans un coma d’où il ressort plus tard affecté du syndrome d’enfermement, totalement privé de ses fonctions organiques, il tente de reconquérir son autonomie avec l’aide des meilleurs spécialistes. Son corps est inerte, mais son cerveau fonctionne. Au fil des semaines et des mois, il observe le monde de son seul œil encore valide, qui devient un lien avec le monde extérieur. Il communique en clignant de l’œil et ainsi dicte son livre. Ce film autobiographique est fondé sur l’histoire personnelle de Bauby et sur l’épreuve de l’écriture du Scaphandre et Le Papillon. Schnabel nous montre une réalisation étonnante de Bauby et de ses émotions silencieuses.

Jean-Dominique est enfermé dans son corps et Schnabel enferme avec lui les spectateurs. La majorité du film est vécu du point de vue de Bauby, ainsi la caméra agit comme son œil. Avec la voix off de Mathieu Amalric, les jeux de lumière et les effets de caméra (comme l’objectif embué par les larmes), Schnabel nous fait vivre la vie à l’intérieur du “scaphandre.”

paipllon

Ici on voit un plan subjectif, qui est le plan dominant du film. Ce plan permet au spectateur de voir à travers l’oeil de Jean-Do qui communique en en clignant, donc nous clignons aussi nos yeux. Cette image montre son infirmière affichant les lettres qu’il utilise pour communiquer. En terme d’espace, elle est très près de la caméra et elle nous regarde avec insistance. Seule couleur chaude, elle est entourée du bleu froid de l’hôpital et de la vie inerte de Baudy.

C’est un très bon drame à voir qui n’est pas accessible à tous. Si vous aimez des films sérieux et lents vous allez apprécier Le Scaphandre et le Papillon. Mais si vous allez au cinéma pour le divertissement, ce n’est pas le meilleur choix. Je ne le conseille pas aux plus jeunes enfants parce qu’il y a des scènes qui sont difficiles à voir. Pour ma part, je le trouve la lutte de Jean-Dominique émouvante, touchante et enrichissante.

http://www.lexpress.fr/culture/cinema/le-scaphandre-et-le-papillon_…

http://evene.lefigaro.fr/cinema/films/le-scaphandre-et-le-papillon-…

 

Les attentats : ont-ils changé Paris ? #jaimeParis

Un billet de Jenna Moxley

Les attentats : ont-ils changé Paris?

À  la suite des attentats du 13 novembre, la destination Paris a été affectée dans les aéroports, l’hôtellerie, et la restauration.

jesuisparis 

À la fin novembre, le tourisme parisien était en difficulté car l’image de la capitale avait été un peu ternie après les attentats du 13 novembre1. Les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, et les compagnies aériennes ont subi des chutes sensibles de la fréquentation et s’inquiétaient des répercussions à long terme. L’article « Paris : l’activité touristique a chuté de 30 à 50 % après les attentats » (Le Parisien, centre-droite, 24/11/2015) cite Nicolas Lefebvre, directeur général de l’office de tourisme de Paris, lorsqu’il déclarait « Les événements dramatiques du 13 novembre ont eu un impact très significatif sur l’activité touristique. »

En effet, pendant la deuxième quinzaine de novembre, le nombre de passagers a diminué de 6 % dans les aéroports de Paris. Ce sont 123 000 passagers de moins comparé à la même période en 2015. De la même façon, les réservations de vols internationaux vers Paris prenaient un retard de 17 % par rapport à l’année précédente (Le Figaro, centre-droit, 19/01/2016). Le porte-parole d’Air France déclarait qu’une baisse des réservations avait été constatée, mais que cela ne révélait pas l’ampleur du repli de son trafic passager. Le 23 novembre, de son côté, le département d’État américain a adressé « une mise en garde » aux touristes américains leur conseillant une vigilance accrue (Le Monde, centre-gauche, 25/11/2015).

Bien que les voyages d’affaires ont recommencé assez vite dans les hôtels haut de gamme, il y avait moins de touristes étrangers. Les grands hôtels ont d’ailleurs enregistré beaucoup d’annulations de touristes étrangers, surtout les clients américains et asiatiques (France Info, 21/11/2015)

Dans l’hôtellerie parisienne, la COP212, la Conférence de Paris de 2015 sur le climat du 30 novembre au 11 décembre, a amorti l’impact des attentats, grâce à cette réunion internationale, certains hôtels étaient encore pleins. Néanmoins, la reprise est bien timide pour le reste de l’hôtellerie (Les Échos, libéralisme économique, 15/12/2015), par exemple, certains palaces ont connu une chute de l’activité de 50 %. Didier Le Calvez, PDG du Bristol et président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie s’attend, « lors des trois à six prochains mois [donc au premier semestre 2016], à une baisse significative de l’activité. »  Si les palaces sont touchés, les hôtels des catégories inférieures souffrent aussi. « Le revenu par chambre disponible [indicateur-clé du secteur] a chuté de 15 points dans les hôtels quatre étoiles et de 25 points dans les hôtels trois étoiles », a annoncé Franck Trouet, directeur général du Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Le Monde). Pour les fêtes de fin d’année, le taux d’occupation hôtelier a baissé de -16,3 points entre le 22 et le 24 décembre. La baisse cumulée du taux d’occupation hôtelier pour le 30 et le 31 décembre a atteint -24,8 % (l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris, site touristique, 01/01/2016).

Le monde de la restauration s’est également retrouvé en difficulté. Le marché était en baisse de 20 % en moyenne, surtout le soir, où les tables se sont vidées. (France TV Info, 15/12/2015) La baisse de fréquentation à Paris était pour novembre 2015 de 40 % comparativement à la même période en 2014. Christian Navet, responsable de la branche restauration pour l’UMIH Paris et l’Île-de-France déclarait, « Nous avons subi une vague d’annulations immédiate catastrophique » et il prenait l’exemple s’un restaurateur parisien qui a fait « 60 couverts dans ses trois établissements pendant le week-end suivant les attaques, contre plus de 450 habituellement ». Évidement le taux des réservations dans la restauration a lui aussi baissé (La Croix, journal catholique, 26/11/2015).

Pour atténuer les impacts des attaques terroristes, les restaurateurs et hôteliers ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux. L’objectif de cette campagne est de rassurer les touristes et de renforcer l’image de Paris. Une association, Alliance 46.2, regroupe les entreprises liées au tourisme et fournit un réservoir d’idées sur la politique touristique. Il y a aussi le fameux hashtag #ParisWeLoveYou avec lequel les amoureux de la capitale peuvent attacher des photos ou des mots bienveillants (La Croix, journal catholique, 16/12/2015).

Alors, malgré tout, il y a de bonnes nouvelles. Même si les attentats de novembre ont affecté la fréquentation de la fin d’année, la France est restée la destination favorite des touristes en 2015. Taleb Rifai, le secrétaire général de l’O.M.T. a assuré, « Le tourisme international continue à croître fortement » et « il n’y aura pas d’impact à moyen et long terme» après les attaques terroristes (Le Figaro, centre-droit, 19/01/2016).

Tout comme le 11 septembre 2001 (qui a  été la pire attaque terroriste des temps modernes) avait secoué le monde et découragé les touristes de voyager, les évènements de novembre 2015 peuvent avoir des implications similaires sur la France. Mais comme New York, Paris va montrer sa force et va améliorer son image. Rappelons-nous qu’après les attentats de Madrid en 2004 ou de Londres en 2005, l’activité économique n’avait pas été durablement affectée.

La fréquentation touristique reviendra rapidement à Paris.

 

 

[1] Dans la soirée du 13 novembre 2015, il y a eu une série de fusillades et d’attaques-suicides meurtrières qui ont été perpétrées à Paris et dans sa périphérie. Elles ont été  revendiquées par l’organisation terroriste État Islamique. Une première attaque a eu lieu à Saint-Denis, aux abords du Stade de France, pendant un match de football. D’autres attaques ont ensuite eu lieu à Paris, dans plusieurs rues des 10e et 11e arrondissements. L’attaque la plus meurtrière a eu lieu dans la salle de spectacle du Bataclan où 1.500 personnes assistaient à un concert.

 

[2] La France a accueilli la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Ce sommet international a abouti à un accord universel sur le climat dont l’objectif est de contenir la hausse des températures pour lutter contre le réchauffement climatique. La COP21 a eu lieu au Parc des expositions de Paris-Le Bourget et a réuni 195 pays.

Sources

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-l-activite-touristique-a-ch…

http://www.lesechos.fr/paris-climat-2015/actualites/021557729117-ap…

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-n…

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/01/19/20002-20160119ARTFIG0…

http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Des…

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/11/25/les-effets-des-at…

http://presse.parisinfo.com/etudes-et-chiffres/tableau-de-bord

http://www.franceinfo.fr/emission/le-mot-de-l-eco/2015-2016/le-mot-…

http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Att…

Gaspillage Alimentaire : les Français sont-ils prêts ?

Billet d’humeur par Jenna Moxley

Gaspillage Alimentaire : les Français sont-ils prêts  ?

http://www.lefigaro.fr/conso/2014
http://www.lefigaro.fr/conso/2014

Le 9 décembre 2015, l’Assemblée nationale française a voté pour lutter contre le gaspillage alimentaire

 

Chaque année, les Français jettent en moyenne 1,2 million tonnes de nourriture à la poubelle. Le gaspillage alimentaire d’une famille de quatre personnes représente 100 kilos d’aliments par an et 15% du gaspillage national vient des restaurants. L’article « L’Assemblée dit stop au gaspillage alimentaire » publié dans le journal Le Point (journal centre-droite) du 10 décembre 2015 raconte que pour lutter contre le gaspillage alimentaire, l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité des mesures et déclaré que « la France deviendra le pays le plus volontariste d’Europe. »

En comparaison, aux États-Unis, 40% de l’alimentation disponible est jetée. Le gaspillage alimentaire d’une famille américaine représente 640 $ de nourriture par an. Les consommateurs américains jettent environ un cinquième de tout ce qu’ils achètent au supermarché. Bien que les Américains gaspillent beaucoup d’aliments, il n’y a pas de lois importantes pour les en empêcher (Le Monde, Centre Droit, 10/12/2015).

Il existe de nombreuses stratégies possibles pour lutter contre ce problème croissant. En France, il sera interdit aux grandes surfaces de jeter ou détruire de la nourriture consommable, et elles auront l’obligation de signer un protocole avec une association de solidarité pour faciliter les dons alimentaires. En juin 2013 en France, alors ministre délégué à l’agro-alimentaire, Guillaume Garot, reprenait l’objectif du parlement européen de réduire de moitié le gaspillage alimentaire avant 2025. Il commençait un Pacte national de lutte contre le gaspillage. (Le Monde)

Pour les grandes surfaces, le meilleur moyen est de mettre en place des sections dédiées aux produits à date courte. Les consommateurs peuvent installer sur leur téléphone portable l’application, Zéro-Gâchis, qui fait des promotions sur les produits proches de leur date d’expiration. Chaque jour, les consommateurs peuvent consulter la liste des promotions sur zero-gachis.com ou sur l’appli, et retrouver les produits dans les zones installées dans les supermarchés partenaires. Cela leur permet d’acheter dess légumes abîmés à bas prix, par exemple. En plus, il est possible de transformer la nourriture invendue en granules pour nourrir les animaux ou de les transformer en méthane pour créer de l’énergie (L’Express, Centre Gauche, 07/01/2016).

À la maison, un peu d’organisation dans la cuisine est très importante. Si l’on prépare des menus à la semaine, cela permet d’éviter les achats compulsifs. On peut placer les produits qui ne tiendront plus longtemps devant les autres dans le réfrigérateur. Enfin, il est important d’apprendre à cuisiner avec ce que l’on a, plutôt que d’acheter constamment et de jeter (L’Express).

 

Une des autres stratégies est le « doggy bag. » L’Union des métiers et des Industries de l’Hôtellerie affirme que le «doggy bag» est une solution recommandée. C’est un phénomène très américain mais malheureusement, le doggy bag n’est pas un réflexe français. Il est vrai qu’en France, les restes que l’on trouve dans les assiettes ne représentent qu’une petite part de ce qui finit à la poubelle car contrairement aux États-Unis, les restaurateurs français ne servent pas de grandes portions (Le Parisien, Centre Droit, 04/01/2016).

La France fait beaucoup avec l’écoemballage pour réduire l’impact des emballages sur l’environnement. « Eco-Emballage » est une entreprise privée, créée il y a vingt ans qui est agréée par l’État. Depuis le début de l’année, cette entreprise a financé une campagne de communication sur les vertus du recyclage et l’achat de 410 nouveaux recup’verre gris qui seront installés pour une augmentation de trente pourcents du verre recyclés. (La Dépêche, Centre Gauche, 12/02/2016).

Les « Disco Soupes » sont organisées régulièrement dans plusieurs villes de France pour sensibiliser au gaspillage alimentaire. Né à Paris en mars 2012, c’est un mouvement solidaire et festif qui s’approprie l’espace public. Citoyens et militants organisent ces fêtes pour transformer les restes de nourriture en des plats offerts à tous gratuitement ou à prix libre. C’est une expérience pour cuisiner ensemble et utiliser les rebuts ou invendus (fruits, légumes…). (L’Express)

Toutes ces méthodes sont largement répandues et implémentées en France. Aux États-Unis, les  Américains ne portent pas assez d’attention au gaspillage alimentaire. Ils ont cependant examiné d’autres problèmes importants dans le gaspillage, comme les nouveaux emballages qui sont moins nuisibles pour l’environnement, mais peut-être devraient-ils suivre l’exemple de la France. La nouvelle loi française va dans la bonne direction et les Français semblent prêts pour une nouvelle ère anti-gachi.

Sources:

http://www.lepoint.fr/societe/l-assemblee-dit-stop-au-gaspillage-al…

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/12/10/gaspillage-aliment…

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/pour-lutter-contre-le-gasp…

http://www.leparisien.fr/environnement/alimentation/gaspillage-alim…

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/12/2275558-les-recup-verre-…