Le Flux de conscience

Elizabeth Marie West

Le Flux de conscience dans la Salle de bain de JP Toussaint

Le livre La salle de bain rédigé en 1985 par Jean-Philippe Toussaint et réalisé au cinéma par John Lvoff en 1989 fournit un aperçu unique dans la vie du personnage sans nom, qui s’appelle « Je ». Ce personnage n’a pas de nom parce qu’il est juste un flot de mots, d’ idées et des commentaires. Il ne peut pas s’entendre avec les autres parce qu’il les observe et les voit comme sujets. Il est chercheur mais il se voit comme un sujet. Le style de flux de conscience facilite cette déformation professionnelle. Le style dans lequel Toussaint écrit exemplifie la nature du personnage « Je ». Il montre la séparation qu’il a avec les autres.

L’écriture est flux de conscience. Par exemple, les paragraphes sont courts comme les idées fugaces. De temps en temps il n’y a pas une ligne commune entre les paragraphes mais des idées désordonnées comme si elles suivaient un fil de pensées. Les mots, les observations et les idées semblent n’avoir pas d’intrigue spécifique. Ils sont instantanés dans la vie de « Je » comme les paragraphes 7 et 14 de la deuxième partie, « Je ne descendis pas déjeuner » et “Le lendemain, je me réveillai de bonne heure, passai une journée calme. » Bien que le style appelle le flux de conscience, les paragraphes et les phrases n’ont pas un flot complet comme les histoires américaines et les romans américains dont on a l’habitude. Contrairement aux autres personnages « Je » ne les établit pas bien, indiquant qu’il aime mieux examiner le monde autour de lui et constate qu’il passe plutôt que de participer à ces événements. On peut l’observer quand le personnage « Je » contemple le rue en dessous de lui regardant le déluge de la pluie. Ce style donne une perspicacité unique chez un observateur strict.

« Je » relate seulement ce qu’il voit mais il reflète rarement la signification de ces événements. Il ne parle presque jamais avec personne à part Edmondsson. Quand il parle avec les autres, il n’obtient que l’information essentielle d’eux ou participe à la conversation la plus minimale. « Je » ne peut pas et il ne veut pas s’entendre avec quelqu’un comme le montre le passage au chapitre 1 « Je craignais de rencontrer quiconque. Parfois, un profil entraperçu m’effrayait… la vue de son visage inconnu me soulageait… » Il adore Edmondsson, mais il ne peut pas exprimer cet amour. Quand Edmondsson arrive à Venise ils semblent être un couple amoureux mais pendant que l’histoire progresse « Je » cesse de l’écouter elle et il n’entend seulement que le commentaire qui coure dans sa tête. Il ne comprend pas l’implication de son sentiment qui le gêne. Il se regarde dans le miroir ou il joue aux fléchettes essayant de se résoudre lui-même. Par exemple, chapitre 62 de la deuxième partie « Lorsque je jouais aux fléchettes, j’étais calme, détendu. Je me sentais apaisé. Le vide me gagnait progressivement et je m’en pénétrais jusqu’à ce que disparût toute trace de tension dans mon esprit. »

Alors le personnage « Je » est extrêmement égoïste. Ce qui est montré dans le passage « Il m’indiqua rapidement une direction du doigt et voulut m’éviter pour continuer sa route, mais, lui bloquant courtoisement le passage, je lui demandai quelques éclaircissements. A ce moment-là, il s’immobile vraiment et, prenant la peine de se retourner, avec beaucoup de patience, me donna toutes les indications nécessaires. ». Ceci indique qu’il demande aux autres d’abandonner leur propre échappée pour sa propre satisfaction. C’est un acte très narcissique. Son obsession avec lui-même ne lui permet pas de créer un rapport avec quelqu’un d’autre. Quand Edmondsson a un problème avec « Je » il la quitte et il fait ce qu’il veut sans respect. Il se gèle dans sa solitude pendant qu’il observe le passage du temps dans le miroir.

Donc, le personnage « Je » ne peut pas créer et maintenir de rapports parce qu’il est si distrait et concentré sur des détails mineurs de la scène environnante. Le flux de conscience communique sa difficulté à avoir une vie sociale réussie. Le message qui peut être perçu est que si nous sommes distraits par les composants environnants et les événements individuels, plutôt d’avoir une vue d’ensemble de l’être et du vivre, il ne sera jamais possible de réussir sa vie.

Vous ne pouvez pas vous marier ? Pacsez-vous !

 

Le PACS
En France, il y a un pacte appelé le PACS, ou Pacte Civil de Solidarité.
C’est une forme d’union civile entre deux adultes (de même sexe ou de sexe opposé) pour organiser leur vie commune.
Le PACS donne des droits et des responsabilités au couple, mais moins que le mariage.
Du point de vue des lois, un PACS est un contrat entre deux individus qui est signé et enregistré par le clerc de la cour.
Parfois le couple a une cérémonie officielle.
Depuis 2006, les individus qui ont enregistré un PACS ne sont plus considérés célibataires en terme de leur statut matrimonial, ils sont considérés pacsés.
La loi du pacte a été votée par le Parlement français le 15 Novembre 1999 et a été accompagnée d’un peu de controverse car cet évènement a été monumental dans le mouvement des droits des homosexuels.
Un rapport parlementaire publié en Janvier 2006 dit qu’il y au total, près de 170.000 PACS qui ont été signé et il y en a de plus en plus chaque année.
Depuis 2009, les autres partenariats civils dans le monde, y compris en Grande Bretagne, sont reconnus en France.
Cependant, il y a certaines restrictions car le partenariat civil étranger ne peut pas contredire la loi française et il y a encore des limitations sur des droits.
Il est intéressant de comparer la position des États-Unis sur les droits des homosexuels en perspective avec celle de la France.
La majorité des Américains continuent de s’opposer au mariage homosexuel. Cela affiche le désir américain de maintenir un archétype idéaliste et « pur » du mariage, tandis que les Français acceptent des variations.

Parcours, découvrons l’art dans la cité

Elizabeth West

    L’Acropole de la France

La Maison Picassiette ou « la Maison aux mille morceaux » est un exemple d’architecture naïve constituée de mosaïques de faïence et de verre moulé dans le ciment. Les fresques réalisées par Raymond Isidore à l’intérieur de sa maison représentent des vues du Mont Saint-Michel, de Chartres et de ses alentours. On la trouve à Chartres (42.000 d’habitants) à 100km (62 miles) au sud-ouest de Paris, dans le Val de Loire.

L’attraction principale les visiteurs est la cathédrale Notre Dame qui date du 12ème siècle et est considérée par beaucoup d’historiens d’art comme l’exemple le plus raffiné qui nous reste de la période Gothique. Rodin l’avait nommée « l’Acropole de la France », elle est aussi connue comme lieu de pèlerinage.

Vous êtes à une heure de Paris en train (25€) par le TER.  Hébergement : l’Hôtel de Chatelet, Le Parvis et le Mercure Chartres Cathédrale sont bien cotés. Les prix de ces hôtels variant de 58€ à 274€.

Pour vous y rendre, utilisez le pont de l’île d’Oléron qui mesure 3 kilomètres.. Il y a beaucoup d’hôtels sur l’île. L’Hôtel L’Océane, qui donne sur l’océan Atlantique est charmant. Les prix varient de 77($106) à 107€ ($147) par la nuit. Pour plus d’informations sur l’hôtel allez sur: http://www.hotel-hotels-hebergement-location-vacances-chambre.hotel-oceane…

 

Lindsey Mills

    Deauville et Trouville : pour les fans de ciné

Entre l’embrun et l’air historique des plages de Normandie, il y a les villes de Deauville et de Trouville. Ces villes jumelles sont l’hôte de festivals du cinéma. Ultra-chic !

Trouville (3.968 d’habitants) et Deauville (4.864 d’habitants) sont situées à 200 km (125 miles) au nord-ouest de Paris.  L’industrie du tourisme est très riche avec des marchés de fruits de mer et des alimentations artisanales.

Les festivals du cinéma sont les évènements de base pour ces villes, l’attrait critiqua. Chaque année, il y a le Festival du Cinéma Américain en septembre et le Festival du Cinéma Asiatique en mars.

Pour un voyage agréable et facile, on peut prendre le train gare de Trouville-Deauville ou arriver par avion à Deauville – Normandie. Pour l’info pratique, allez sur http://www.festival-deauville.com. Les prix d’hôtel sont entre 29 € ($55) et 205 € ($282) chaque nuit et pour séjourner avec les stars du cinéma, allez sur http://www.lucienbarriere.com.

 

Mike Sellers

    Orléans… l’ancienne

Orléans est une belle ville historique. C’est celle de Jeanne d’Arc et de Louis Pasteur, et il y a beaucoup d’édifices médiévaux.

De taille-moyenne (116,490 habitants), elle est située à 130 kilomètres (81 miles) au sud-ouest de Paris. Son industrie est basée sur le tourisme, l’informatique, le transport, et l’environnement.

Pour se détendre, allez au Musée des Beaux-Arts, découvrez la maison de Jeanne d’Arc (où elle habitait en 1429) et Le parc floral de la Source (le lieu le plus visité du Loirée).

Pour vous y rendre : utilisez le train (une heure de trajet en TGV de Paris) ; il y a deux gares, une ligne de tramway, des lignes de bus et aussi un aéroport. Pour vous loger (il y a de nombreux hôtels) : les prix varient de 29€ à 280€ chaque nuit.

 

Katie David

    Une Ville pour les pèlerinages

Le Puy-en-Velay était une ville très importante pour la religion et l’art au Moyen Âge. C’est une ville moyenne (20.000 d’habitants) situé à 134km (83.mi) au sud-ouest de Lyon.

Sa spécialisation est la fabrication de la dentelle mais c’est surtout un endroit privilégie pour faire un pèlerinage.

Les sites touristiques les plus importants sont la Cathédrale Notre Dame du Puy dont L’architecture est éclectique et le musée Crozatier dont les collections sont du début du 19e siècle. Vous pouvez y découvrir  l’histoire de la région et de la ville.

Pour vous y rendre prenez le train à Lyon et un bus. Pour vous logez à l’hôtel le prix varient de 35€ à 140€. Pour plus d’information de la ville allez sur : ot-lepuyenvelay.fr/actualites.html.

Chacun son voyage !

Elizabeth West

Mike Sellers

Le transport… à la mode (Nov 2011)

Les Français valorisent toujours l’histoire de leur pays, mais tout de même, ils visent à être plus modernes, surtout avec le transport. Ils ont le train le plus rapide, l’avion commercial le plus rapide et une voiture qui peut conduire 23km/litre. Pourquoi est-elle tellement en avance sur le reste du monde ?

La France s’est motivée à créer des modes de transport modernes grâce aux décisions politiques gouvernementales. Entre 1880 et 1930, le gouvernement a nationalisé les chemins de fer (influencé par Georges Clemenceau). Puis ils ont réagi à la crise du pétrole au début du 20ème siècle. Dans les années 1970, La France a souffert de la crise du pétrole; donc, le gouvernement et le SNCF ont créé le TGV, un train électrique qui marche à l’énergie nucléaire et qui roule à 575km/heure ! (356 mph).

En 1962, la France a fait équipe avec Le Royaume-Uni pour construire le premier mode de transport supersonique: Le Concorde (en opération de 1976 à 2004). En 1996, Le Concorde faisait Paris New York en trois heures.

En 2006, le gouvernement Français a établi une taxe sur les émissions de C02; les les industriels de l’automobile de sont encore plus motivés à faire des automobiles économiques. Récemment, Renault a présenté la Pulse® qui peut faire 23 kilomètres avec un litre d’essence (54.1mpg).

Pour trouver plus d’information sur les modes de transport en France, voyez le site web http://www.scnf.fr (pour les trains), http://corporate.airfrance.com/airfrancelasaga/ (pour l’avion) et aussi http://www.renault.fr/ (une grande entreprise moderne des voitures).

 

Le Métro, la ville souterraine de Paris (Nov 2011)

Le Métro de Paris propose 14 lignes, soit 214 km (132.9 mi) de longueur et 245 stations. Chaque ligne est identifiée par un numéro et une couleur. Paris a le deuxième système de métro au monde après Moscou. Son succès vient du fait que c’est plus pratique, meilleure marché et surtout plus rapide que de circuler en ville.

Les trains permettent un trafic élevé, autour de 4.5 millions de passagers chaque jour. Le réseau est facile à utiliser parce qu’en moyenne les stations sont à 548 mètres (600 yds) d’intervalle donc elles sont accessibles partout et toutes connectées entre-elles. Certaines sortent de sous la terre par endroits et circulent sur des ponts, le métro aérien devient alors, un moyen incroyable de survoler Paris.

La première ligne Porte Maillot-Porte Vincennes a été inaugurée le 19 Juillet 1900 pendant L’Exposition Universelle. La dernière ligne 14 est devenue disponible en Octobre 1998. Métro vient du mot métropolitain, il appartient en la ville et aujourd’hui on trouve tout dans le métro (boutiques, restaurants, boulangeries, cordonniers, pressing, cinémas etc.) : certaines stations se sont transformées en villes souterraines !

On peut trouver les lignes nécessaires pour ses vacances et son voyage quotidien par l’utilisation des cartes du Métro dans toutes les stations et allant sur RATP.fr. Un billet coute €1,70 et un carnet €12,50. Navigo (57€) est la carte qui permet l’usager de voyager de façon illimitée pendant un mois. On peut acheter les billets dans le tabac, les vendeurs de journaux ou les stations. Les entrées sont marquées par une décoration iconique d’art nouveau, ainsi c’est facile des trouver !